The Dead Web – La Fin @ Mirage Festival (Lyon, FR) / 3 – 7 avril 2019) / Dominique Sirois & Baron Lanteigne, Julien Boily, Julie Tremble, Projet EVA (Simon Laroche & Etienne Grenier), Frédérique Laliberté [coproduit par Molior]

[Image : détail, Memento Vastum (2012), Julien Boily / Huile sur panneau marouflé – détail]

DOMINIQUE SIROIS & BARON LANTEIGNEJULIEN BOILY / JULIE TREMBLE / PROJET EVA (SIMON LAROCHE & ETIENNE GRENIER) / FRÉDÉRIQUE LALIBERTÉ

En coproduction avec Molior, The Dead Web – La Fin a été présentée dans le cadre de la 7e édition de Mirage Festival à Lyon (FR), du 3 au 7 avril 2019.

« La fin d’Internet serait-elle pour bientôt ? »

Commissaire, Nathalie Bachand :
“Tout a commencé en mai 2015, lorsque j’ai lu sur lemonde.fr un article qui postulait la possibilité d’un effondrement du World Wide Web. Bien que cet évènement soit hautement hypothétique, plusieurs articles ont été écrits sur le sujet, en réaction à un symposium scientifique organisé par la Royal Society sur la ‘Capacity Crunch’ (crise de capacité) d’Internet.
Dans un contexte où le réseau pourrait s’effondrer avant même la fin de son « adulescence » – en 2023, le Web tel que nous le connaissons aura à peine plus de 25 ans – on peut tenter de figurer la chute et une forme d’après-monde du Web : Carcasses vides de serveurs et mers de déchets électroniques ? Néant numérique des écrans ? Machines imitant le Web ? Internet artisanal ?
Quelle forme l’expression, à la fois dématérialisée et délocalisée, du pouvoir – économique assurément et par défaut politique – prendrait-elle si la machine se trouvait débranchée ? Mais aussi, qu’est-il possible de faire ou de dire en attendant ? Comment occupe-t-on – ou pas – un temps et un espace dit de sursis ? Un espace temps désormais partagé entre les réalités numériques et physiques.
Dans le sillage de ces réflexions, j’ai souhaité rassembler des propositions artistiques qui rencontrent une résonance autour de tels questionnements.”

Exposition présentée par Mirage Festival et Molior avec le soutien du Conseil des arts et des lettres du Québec, du Conseil des arts du Canada et en partenariat avec l’ENSBA. Avec l’appui de la Délégation Générale du Québec à Paris.
Projet soutenu dans le cadre de la 67e Commission permanente de coopération franco-québécoise (CPCFQ).

« Will the Internet End Soon? »

Nathalie Bachand, curator:
It all began in May 2015, when I read an article on lemonde.fr that spoke of the possibility of a collapse of the World Wide Web. Although this event is largely hypothetical, several articles have been written on the subject in response to a scientific symposium that the Royal Society organized around the Internet Capacity Crunch.
In a context where the network could collapse even before the end of its “adultescence” —in 2023, the Web as we know it will barely be more than 25 years old—we can try to picture the fall of the Web and the after-world that would ensue: Empty server carcasses and a sea of electronic junk? A digital oblivion on all screens? Machines imitating the Web? A handcrafted Internet?
How will the at once dematerialized and delocalized dynamics of power structures be impacted in both their evident economic and inevitably political manifestations if the network is disconnected?
But also, what can still be said or done in the meantime? How does one occupy‑or not– what is essentially borrowed time and space, a space-time henceforth to be shared between digital and physical realities.
In the wake of these reflections, I wanted to gather artistic proposals that echo these considerations.

Exhibition presented by Mirage Festival and Molior with the support of the Conseil des arts et des lettres du Québec and the Canada Council for the arts, in partnership with ENSBA. With the support of the General Delegation of the Quebec in Paris.
Project supported as part of the 67th Commission permanente de coopération franco-québécoise (CPCFQ).

Images et information sur les oeuvres et artistes [Molior] >

Catégories :Commissariat / Curating